Les Principes Divins : Chapitre 7

LA SECONDE VENUE DU MESSIE

  1. I. Pourquoi avons-nous besoin du Retour du Messie
    1. A. La solution de Dieu pour l'homme déchu
    2. B. Jésus aurait dû réaliser la famille des Vrais Parents
  2. II. Quand le Messie doit-il venir ?
    1. A. Un fondement pour le Messie est nécessaire
    2. B. La restauration de l'homme déchu
      1. 1. La personne spirituelle et la personne physique
      2. 2. Hébraïsme et hellénisme
    3. C. Le travail de Dieu dans les temps modernes
      1. 1. L'effondrement du pouvoir de l'Eglise médiévale
      2. 2. Les trois stades de préparation pour la Seconde Venue
    4. D. La préparation pour la Seconde Venue
      1. 1. La période de la Réforme et de la Renaissance
      2. 2. La période de conflit entre religion et idéologies
      3. 3. La période de maturation des structures politiques, économiques et idéologiques
        1. 1) La Révolution française
        2. 2) Marx et Engels
        3. 3) Le marxisme
        4. 4) La révolution bolchevique
        5. 1) La révolution glorieuse
        6. 2) La révolution américaine
        7. 3) Les principes de la démocratie occidentale
        8. 4) La responsabilité du christianisme
      4. 4. L'échec de l'union entre l'hébraïsme et l'hellénisme
    5. E. Les Guerres mondiales
      1. 1. La Première Guerre mondiale
      2. 2. La Seconde Guerre mondiale
    6. F. La troisième guerre mondiale
    7. G. L'échec du communisme et de la démocratie occidentale
    8. H. L'espoir de Dieu pour le monde
      1. 1. La nécessité d'une nouvelle perspective
      2. 2. La venue des Vrais Parents
  3. III. OU LE MESSIE DOIT-IL VENIR ?
    1. A. La nation choisie
      1. 1. La qualification de la nation choisie
      2. 2. Une nation de l'Est
      3. 3. La Corée
      4. 4. L'ère Pacifique
  4. IV. Qui peut être le Messie ?
    1. A. Vision générale du Messie
      1. 1. Une personne de chair et de sang
      2. 2. Une vie d'indemnité
    2. B. Les qualifications du Messie
      1. 1. Il connaît et révèle le coeur de Dieu
      2. 2. Il expose l'origine du mal et de la souffrance
      3. 3. Il apporte une nouvelle compréhension de la vérité
      4. 4. Il apporte l'harmonie entre toutes les races, religions et nations
      5. 5. Il inaugure une stratégie pour restaurer le monde

LA SECONDE VENUE DU MESSIE


I. Pourquoi avons-nous besoin du Retour du Messie

Selon le Principe, nous l'avons vu, le but de Dieu pour chacun de nous est de refléter Sa propre nature, afin d'entretenir avec Lui une relation de joie et d'amour absolus. Nous y parvenons en prenant responsabilité pour devenir des personnes d'amour vrai, esprit et corps en harmonie, suivant le chemin de la vérité, de la beauté et de la bonté. Ainsi nous devenons des parents et des créateurs d'amour vrai, en accomplissant les trois bénédictions.

Nous savons, hélas, que nos premiers ancêtres n'ont pas réalisé le but fondamental de l'homme. Non seulement ils n'ont pas atteint la maturité spirituelle, mais ils ont créé le mal, héritant d'une nature déchue et d'une tendance à l'autodestruction, devenant ainsi des parents déchus, transmettant la tradition de l'amour égoïste. A cause de cela, il nous a été impossible de surmonter le mal et d'accomplir notre but originel. Aucun système éducatif, économique ou politique, ni aucune religion n'ont été capables de résoudre ce problème fondamental pour l'humanité que représente l'instinct autodestructeur.

A. La solution de Dieu pour l'homme déchu

La solution de Dieu a été de guider l'homme déchu à prendre le chemin de la restauration grâce au principe de l'indemnité, afin de préparer l'apparition d'un nouvel Adam, le Messie. Lorsque le Messie a restauré les fautes des premiers ancêtres et accompli sa responsabilité en réalisant les trois bénédictions, il établit la famille des Vrais Parents. Alors l'histoire se met à évoluer rapidement. Le nouvel Adam et la nouvelle Eve montrant l'exemple de l'amour vrai, tous les hommes déchus peuvent les suivre pour surmonter le mal et atteindre la perfection spirituelle dans leur propre vie. Il suffit ensuite d'une simple période de temps pour que par une élévation du coeur et de la conscience, tous les enfants de Dieu s'éveillent, s'engagent sur le chemin de la restauration et accomplissent les trois bénédictions. C'est ainsi que naîtra le monde vrai voulu par Dieu.

B. Jésus aurait dû réaliser la famille des Vrais Parents

Il y a deux mille ans, Jésus vint en tant que Messie, comme second Adam. Il avait accompli la première bénédiction : devenir le reflet parfait de Dieu ; c'était un homme d'amour vrai qui avait le pouvoir de pardonner les péchés des hommes durant sa vie terrestre. A cette époque, on aurait dû, de même, assister à l'avènement d'une seconde Eve. Jésus et son épouse auraient dû devenir les Vrais Parents de l'humanité et transmettre ainsi substantiellement le vrai amour, la vraie vie et le vrai lignage de sang de Dieu.

Malheureusement, Jésus dut sacrifier sa vie physique parce que les gens ne crurent pas en lui, ni ne comprirent son immense potentiel. Même dans ces circonstances, son amour ne put être anéanti et Jésus, avec le Saint-Esprit - l'aspect féminin de Dieu - continua d'agir dans le monde spirituel en tant que Vrais Parents. Cependant, le problème du mal n'a pas été surmonté sur la terre. Même les chrétiens les plus fervents ne peuvent se débarrasser de la nature déchue qui gouverne la chair et qu'ils transmettent à leurs enfants. Satan continue à dominer notre vie sociale, politique et économique et plus spécialement notre vie de famille.

Afin d'achever le processus de restauration nous avons besoin d'une Seconde Venue du Messie. Dieu a préparé ces deux derniers millénaires pour cet événement important. Un nouvel Adam et une nouvelle Eve doivent apparaître pour devenir les Vrais Parents de l'humanité sur la terre et nous conduire vers un monde d'amour vrai.

II. Quand le Messie doit-il venir ?

Vu sous l'angle des parallèles de l'histoire de la restauration, nous vivons l'époque de la Seconde Venue. Les histoires respectives d'Israël et du christianisme ont entre elles une ressemblance frappante du point de vue religieux, économique et politique et des intervalles de temps.

Depuis l'époque d'Abraham, Isaac et Jacob, mille neuf cent trente ans se sont écoulés avant l'apparition de Jésus. Il est vraisemblable que le Messie revienne vers l'an 1930 de notre ère. En outre, les quatre siècles de préparation depuis le temps de la réforme juive jusqu'à Jésus doivent se répéter dans l'histoire du christianisme. Cela signifie que la Seconde Venue doit avoir lieu quatre cents ans environ après le début de la Réforme, soit 1917. Ainsi, le Messie devrait naître autour des années 1917 et 1930.

A. Un fondement pour le Messie est nécessaire

Cependant, tout comme il fallut des siècles pour que Jésus soit reconnu dans le monde, des décennies peuvent s'écouler avant que le Messie ne soit découvert. Le monde ne pourra reconnaître et recevoir le Messie que lorsque la préparation appropriée sera achevée.

Nous devons en premier montrer à Dieu notre foi en Lui à travers le Fondement de Foi. Nous devons ensuite Lui montrer que nous pouvons nous aimer les uns les autres, c'est le Fondement de Substance. Lorsque l'humanité aura établi ce second fondement, Dieu pourra envoyer le troisième Adam parmi nous. Ce qui fut accompli au niveau familial avec des figures centrales telles qu'Abraham, doit désormais être accompli au niveau mondial avec des nations centrales et des mouvements de pensée. Voyons maintenant comment Dieu a travaillé dans l'histoire récente pour nous aider à poser un tel fondement.

B. La restauration de l'homme déchu

1. La personne spirituelle et la personne physique

Selon le Principe, le but de Dieu dans l'histoire est de restaurer ou de créer un monde où sont réalisées les trois bénédictions.

Dans le Principe de la Création, nous avons vu que l'homme possède une personne spirituelle et une personne physique. Lorsque nous avons été séparés de Dieu après la Chute, notre vie intérieure a été coupée de Son coeur.

De plus, dans sa vie pratique, l'homme s'est écarté de la manière dont Dieu voulait qu'il vécût et notre manière de vivre aussi bien spirituelle que physique se détacha de l'idéal divin. Par conséquent, Dieu a poursuivi Son histoire de la restauration pour que notre personne spirituelle puisse se relier à Son coeur et notre personne physique à un mode de vie conforme à Son idéal. Dieu a aussi oeuvré pour restaurer la relation appropriée de l'esprit dominant le corps, et de nos préoccupations spirituelles et morales dominant nos soucis matériels.


2. Hébraïsme et hellénisme

Dans cette perspective, Dieu a travaillé à travers l'histoire centrale de l'Occident afin d'édifier deux mouvements, l'hébraïsme et l'hellénisme. L'hébraïsme est la culture de l'âme, qui prône un mode de vie religieux. Le but de la religion est de nous relier coeur et âme au coeur et à l'esprit de Dieu. Cette vision centrée sur Dieu souligne les notions de devoir, de piété et de foi. Elle met en valeur la grandeur de Dieu.

L'hellénisme, lui, est en quelque sorte, la culture du corps ; c'est un mouvement humaniste concerné par la réalité pratique qui a un point de vue plutôt centré sur l'homme, en insistant sur la science, la raison, et les droits de l'individu. Il met l'accent sur la grandeur de l'homme. A la fois à travers l'hébraïsme et l'hellénisme, Dieu a cherché à élever les conditions intérieures et extérieures de la vie humaine, à nous libérer des contraintes religieuses, intellectuelles et physiques, de sorte que nous puissions trouver le Messie et le suivre.

Ces mouvements furent développés originellement pour Jésus. Les Juifs représentaient l'apogée de l'hébraïsme, tandis que les Romains avaient hérité de la culture helléniste à son sommet. Jésus aurait pu parfaire et unifier ces deux courants de pensée comme base d'une nouvelle civilisation. Cependant, après le rejet du Christ par ses contemporains, Dieu prépara le retour de ces deux mouvements dans les temps modernes en prévision du Second Avènement.

C. Le travail de Dieu dans les temps modernes

1. L'effondrement du pouvoir de l'Eglise médiévale

Le christianisme fut fondé pour entretenir la flamme de l'espoir et de la foi en vue de la Seconde Venue au cours des deux mille ans passés. Dieu a érigé l'Eglise comme Son instrument pour transmettre la tradition de l'attente du Retour. Cependant, si nous regardons de plus près l'histoire du christianisme occidental, nous constatons qu'au Moyen Age, l'Eglise chrétienne en vint à créer une barrière entre Dieu et les hommes. Elle persécuta les hommes de science et découragea tout progrès politique ou économique. Elle enseigna aussi que les humains ne devaient se soucier que de leur existence dans l'au-delà, au mépris de la vie terrestre et qu'il fallait endurer les difficultés de ce monde dans l'espoir d'une récompense dans l'autre vie. De même, au niveau intérieur, toute recherche approfondie des vérités spirituelles et morales était aussi suspectée, et toutes les idées et pratiques religieuses nouvelles étaient diabolisées et donnaient lieu à des persécutions. Ne connaissant rien d'autre, les gens se contentèrent de ce piètre enseignement durant des siècles, ce qui eut pour résultat de retarder leur développement spirituel, intellectuel et créatif de multiples manières.

Pour toutes ces raisons, Dieu chercha à briser le pouvoir centralisé de l'Eglise du Moyen Age ; Il le fit en utilisant deux courants de pensée, l'hellénisme et l'hébraïsme, qui se développèrent aux quinzième et seizième siècles à travers la Renaissance et la Réforme. Dieu inspira et oeuvra à travers ces deux courants pour libérer notre esprit, notre intellect et notre corps et nous préparer à la réalisation des trois bénédictions.

2. Les trois stades de préparation pour la Seconde Venue

La période de préparation pour la Seconde Venue, depuis l'époque de Martin Luther jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale, peut être divisée en trois parties :

Le stade de formation correspond à la période de Martin Luther jusqu'à 1648 environ (date du traité de Westphalie). C'est l'ère de la Réforme et de la Renaissance où Dieu dévoila une nouvelle vision du potentiel de l'homme.

Le stade de croissance est l'intervalle allant du traité de Westphalie, qui mit fin à la guerre de Trente ans, jusqu'à la Révolution française de 1789. Ce fut la phase de conflit entre la religion et les idéologies où se développa une nouvelle vision de la réalité.

Le stade d'accomplissement débutant avec la Révolution française, va jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale. X'est l'époque de maturation des structures politiques, économiques et idéologiques. Dans cette période, Dieu travailla à travers les mouvements de l'hellénisme et de l'hébraïsme pour élever deux conceptions mondiales politique, économique et idéologique - ou modes de vie qui se développeront en systèmes sociaux.

Au début, ces deux mouvement se soutenaient mutuellement. Le désir de Dieu était que cette tendance se poursuive. Cependant, la tentation de l'hébraïsme est d'exagérer la puissance de Dieu et la faiblesse des êtres humains. De même, la tentation de l'hellénisme est de surestimer la grandeur de l'humanité et de mépriser Dieu. Finalement, en grande partie à cause des nombreux échecs du christianisme, nous verrons ces deux mouvements s'affronter, comme le corps et l'esprit de l'homme déchu.

D. La préparation pour la Seconde Venue

1. La période de la Réforme et de la Renaissance
a. La Renaissance

Si nous considérons la période de préparation pour la Seconde Venue, la première étape correspond au stade de formation. La Renaissance se réfère principalement au retour de l'hellénisme. Après plusieurs siècles de faible développement de la civilisation occidentale, les classiques de la Grèce antique - oeuvres philosophiques, artistiques, littéraires, furent apportés au monde chrétien grâce aux Croisades.

Les gens du monde chrétien furent très stimulés par la culture hellénique, inspirant un renouveau créateur dans la littérature, la peinture et la sculpture. Ce fut le début d'une renaissance de la philosophie et des sciences et en même temps d'un respect de soi individuel nouveau en Europe. Des hommes tels que Machiavel commencèrent à défier l'autorité de l'Eglise et de la morale chrétienne. Pétrarque fonda l'humanisme séculier. Les écrits de Shakespeare, de Chaucer, de Dante s'intéressaient à la vie humaine et tournèrent souvent l'Eglise en dérision. Michel-Ange, Léonard de Vinci et d'autres grands artistes célébrèrent la beauté du corps humain. Copernic et Galilée ouvrirent de nouveaux domaines d'investigation dans la nature, heurtant les croyances prônées par l'Eglise.

b. La Réforme

Tout en travaillant à travers l'humanisme et la Renaissance dans le sens d'une libération extérieure de l'homme, Dieu oeuvra également à travers des personnages prophétiques tels que John Wycliff, Jan Hus et Martin Luther, pour créer un réveil spirituel. Le développement de la technologie permit l'invention de la presse à imprimer ; pour la première fois, le commun des mortels put lire la Bible dans sa propre langue. Luther critiqua sévèrement les pratiques de l'Eglise qui s'opposaient à l'enseignement de la Bible. En 1517, il lança le brûlot de la protestation contre la corruption qui sévissait dans l'Eglise catholique. Ce mouvement de spiritualité nouvelle se répandit dans toute l'Europe grâce à des hommes comme Calvin en France et Zwingli en Suisse, amenant une vision neuve de la valeur de l'individu. Chacun désormais, pouvait avoir une relation personnelle avec Dieu en dehors de la structure de l'Eglise. Ce fut la Réforme.

La Réforme entraîna une grande controverse au sein de la chrétienté et en 1618, la guerre de Trente ans commença entre les chrétiens traditionnels et ceux qui protestaient. En 1648, les Protestants l'emportèrent et le traité de Westphalie divisa l'Europe en deux. Cela mit fin au stade de formation de cette période de quatre cents ans pour libérer notre esprit et notre intellect afin de nous préparer à la Seconde Venue du Messie.

2. La période de conflit entre religion et idéologies

La seconde période, ou stade de croissance des quatre cents dernières années, est l'ère de conflit entre la religion et les idéologies. Il y eut alors une seconde Renaissance et une seconde Réforme. Deux tendances commencèrent à s'affronter. Cette époque fut plus idéologique que la phase précédente, impliquant la recherche d'une nouvelle vision de la vérité et de la réalité.

a. Le siècle des Lumières

Cette seconde Renaissance, le mouvement des "Lumières", s'attacha à la recherche de la vérité à travers la connaissance scientifique. Ce fut l'époque où furent posées les bases de la science moderne, à commencer par le rationalisme et l'empirisme. Descartes pensait qu'on pouvait connaître la réalité par le seul raisonnement et que tout était dans l'esprit. Locke et Bacon pensaient au contraire que la réalité était hors de l'esprit et ne pouvait être appréhendée qu'à travers l'expérience. Ces deux conceptions enseignent que la vérité est indépendante de Dieu et de la révélation et contribuèrent au progrès de la méthode scientifique.

Des philosophes commencèrent alors à utiliser le rationalisme et l'empirisme comme des outils pour tenter de répondre aux questions de l'existence de Dieu et du but de la vie humaine. Ils mirent en cause l'autorité des valeurs et des doctrines non soutenues par la raison et lancèrent le relativisme. Ils défiaient l'autorité de l'Eglise et niaient l'idée qu'un Dieu personnel pût avoir un rôle dans notre vie. Après la révolution copernicienne, le déisme apparut ; il soutenait qu'il était logique que Dieu ait créé l'univers, mais qu'il n'y avait aucune preuve de Son implication dans le monde. Voltaire et les déistes français en conclurent que la religion n'était pas nécessaire.

Les hégéliens de gauche prirent les idées du philosophe allemand à rebours pour nier Dieu. Hegel affirmait que le développement des idées dans l'histoire obéissait à la méthode dialectique. A travers le conflit entre idées opposées, de nouvelles pensées apparurent. Les matérialistes - qui rejetaient la réalité centrale de l'esprit - interprétèrent ce processus de conflit en termes matériels pour expliquer comment l'histoire progresse. Des penseurs matérialistes, tels Feuerbach et Strauss, se mirent à analyser Jésus et le christianisme en termes purement politiques et économiques.

Ainsi, à partir du siècle des Lumières, beaucoup de penseurs conclurent qu'il n'y avait ni Dieu ni Messie. En même temps, l'idée d'un progrès universel de l'humanité s'affirma, comme conséquence des bienfaits de la révolution industrielle. Ce fut la croyance en l'évolution inévitable vers un monde idéal sans l'implication de Dieu ni de la responsabilité de l'homme. Cette vision utopique et optimiste aboutit à une certaine indifférence vis-à-vis des victimes du système socio-économique.

b. La seconde Réforme

A peu près à la même époque, la seconde Réforme religieuse se développa en Europe occidentale. Alors que beaucoup de matérialistes en arrivaient à la conclusion qu'il n'existe ni Dieu, ni monde spirituel, et nul besoin d'un Messie, des hommes de foi avaient des expériences spirituelles spectaculaires. Des individus, comme le célèbre scientifique Emmanuel Swedenborg, eurent des visions du monde spirituel et firent le récit de leurs expériences. Ils rencontraient la vérité à travers l'intuition et le coeur.

Dans la période de la seconde Réforme, ces mouvements religieux encouragèrent les hommes à rechercher une relation directe avec Dieu à travers Jésus et les Ecritures. Le puritanisme en Angleterre développa une vision complète du monde basée sur la Bible. Le piétisme de Spener en Allemagne et le méthodisme des frères Wesley en Angleterre encouragèrent une vie religieuse à la fois systématique et émotionnelle. Ces mêmes phénomènes, connus comme le Grand Réveil, se répandirent dans les colonies américaines.

Des intellectuels centrés sur Dieu apparurent, les idéalistes allemands tels que Kant et Hegel. Les hégéliens de droite croyaient que le monde de l'idée est le monde réel et causal, alors que le monde physique est le monde résultant. Hegel écrivit longuement sur la nature de Dieu, Son but et la manière dont Il agit dans l'histoire.

Dieu a cultivé dans la société européenne le désir de liberté, de prospérité et de pouvoir extérieurs, et en même temps de liberté, d'enrichissement et de pouvoir intérieurs. Cela dans le but d'assurer le succès de l'arrivée du Messie, qui aurait besoin de personnes éduquées, douées de foi, et possédant une ouverture d'esprit suffisante pour répondre à sa vision et à son message. Cette seconde période de temps, ou stade de croissance, s'acheva avec l'expression de ces conceptions sous forme de systèmes sociaux, à travers les révolutions pour la démocratie. Ces deux mouvements étaient en réaction contre l'oppression religieuse, politique et économique des structures monarchiques de l'époque, mais leurs fondements respectifs se traduisirent par des résultats très différents. La Révolution française et la révolution américaine devinrent le début du troisième et dernier stade.

3. La période de maturation des structures politiques, économiques et idéologiques
a. Le développement du communisme
1) La Révolution française
La révolution centrale visant à créer une société démocratique libre et représentant l'aboutissement de la tradition helléniste fut la Révolution française. Le roi, ainsi que l'Eglise qui l'avait soutenu, furent définis comme les deux ennemis à abattre. Le penchant matérialiste niant Dieu du siècle des Lumières s'exprima dans la tendance violemment antireligieuse de la Révolution française. Les buts de liberté, de fraternité et d'égalité devaient être atteints sans aucune référence à Dieu. Les conceptions et les pratiques religieuses furent activement combattues et il n'y eut plus aucune influence chrétienne pour contrôler le violent désir de vengeance du peuple. Tout cela aboutit à la dictature de Napoléon.

2) Marx et Engels
A cette époque en Europe, Marx eut le sentiment que la Révolution française était un modèle de progrès social, qui avait mis fin à la souffrance du peuple sous le joug du féodalisme et de la monarchie. Marx nourrissait d'amers ressentiments envers le gouvernement et le capitalisme sauvage qu'il avait vu se développer dans sa jeunesse ainsi qu'envers l'Eglise qui n'avait rien fait pour en corriger les injustices.

Cette époque fut aussi très influencée par le darwinisme et les idées de Malthus qui considéraient l'homme comme un animal. Freud, pour sa part, décrivit l'être humain en termes de pulsions et d'instincts. Le positivisme de Comte affirmait que toute vérité devait être prouvée scientifiquement et les réductionnistes cherchaient à expliquer tous les phénomènes comme des processus matériels. Marx poussa ce matérialisme à son extrême logique. Il développa une idéologie de libération censée nous mener au "paradis des travailleurs" qu'il proclama dans son Manifeste Communiste de 1848. Karl Marx et son ami, Friedrich Engels, systématisèrent une vision du monde qui critiquait les formes de gouvernement, la religion et l'économie existantes. Ils voulaient éliminer le mal humain, l'aliénation, à travers l'instauration d'un système social.

3) Le marxisme
Le marxisme affirme qu'une forme de démocratie politique qui laisse le pouvoir entre les mains du peuple doit exister. Dans la réalité pratique cela s'appela la dictature du prolétariat, où un groupe de révolutionnaires professionnels émerge pour guider le peuple. En vue de briser les maux du capitalisme, Marx déclara : "Le péché originel est la propriété privée." Il voulait détruire le droit à la propriété et dans cette optique développa un système économique basé sur le collectivisme et la planification centralisée. Dans cette propriété collective, le peuple posséderait tout et en même temps il ne posséderait rien, échappant ainsi à la corruption.

Dans le domaine de l'idéologie pure, Marx développa le matérialisme dialectique et historique afin de réfuter l'existence de Dieu, condamner la religion et le capitalisme. Cette idée niait l'influence causale du monde spirituel et affirmait que la lutte des classes est le mécanisme de tout progrès historique. Finalement, une société idéale sans classe devait apparaître. Cependant, le caractère violent de ces idées devint plus fort que les valeurs, donnant lieu aux pires violations des droits de l'homme.

4) La révolution bolchevique
Au cours de cette période de maturation des structures politiques, économiques et idéologiques, l'expansion du marxisme aboutit à l'instauration d'un gouvernement souverain en 1917. Lénine orchestra le renversement du système tsariste de la Russie et établit une société selon les concepts de Marx. Ce fut le début de l'Union soviétique, le premier Etat marxiste ou communiste. Ceci représente le troisième stade de la direction prise par l'hellénisme avant la Seconde Venue.

L'idéologie ou conception marxiste du monde s'implanta dans une nation qui développa un système de gouvernement centralisé où l'état détient le pouvoir central ; il est supposé représenter le peuple et selon la nécessité, l'individu doit sacrifier ses propres droits pour la collectivité et l'état. Les limites de cette idéologie ont conduit à l'injustice économique et à la concentration du pouvoir entre les mains d'un groupe dirigeant.

b. Le développement de la démocratie occidentale

1) La révolution glorieuse
Tandis que se formait la nation communiste, l'autre mouvement, l'hébraïsme, atteignait aussi un sommet. Dieu utilisa l'hébraïsme pour aboutir à une autre forme de société démocratique à travers la révolution anglaise aussi appelée la "révolution glorieuse", et la révolution américaine. La révolution anglaise se traduisit d'une manière non-violente par un changement de roi en 1688, accordant certaines libertés individuelles à chaque citoyen à travers le parlement. Ce fut le début d'un gouvernement soucieux des droits et des libertés de l'individu.
2) La révolution américaine
En 1776, la révolution américaine libéra les Etats-Unis de la tutelle britannique. La principale motivation de ceux qui quittèrent l'Europe pour se réfugier dans le Nouveau Monde, fut de tenter d'échapper à la persécution qu'ils subissaient en tant que minorité religieuse ; c'étaient les puritains ; ils cherchaient la liberté religieuse et la liberté de conscience individuelle qu'ils considéraient comme l'essence de toutes les autres libertés.

Après avoir établi un nouveau mode de vie, ils accusèrent le gouvernement britannique et l'Eglise anglicane de mépriser les droits des colons. Cela déclencha une violente réaction de toutes les colonies, qui ne devinrent pas pour autant antireligieuses ou vindicatives. Ce fait nous montre un aspect de la cause interne ou spirituelle de la révolution américaine. Tout comme l'action évangélique sociale des méthodistes en Angleterre avait permis d'éviter une révolution violente comme celle qui se produisit en France, de même le Grand Réveil fut la cause cachée qui permet d'expliquer la grandeur de la révolution américaine.

3) Les principes de la démocratie occidentale
Les gouvernements établis lors des révolutions anglaise et américaine reposaient sur la croyance en l'existence de Dieu. Les libertés personnelles et individuelles viennent toutes du Créateur et aucun homme ni gouvernement n'a le droit d'en priver qui que ce soit ; ces libertés individuelles sont appelées en Amérique le droit de vivre, la liberté et la recherche du bonheur.

La politique, l'économie et l'idéologie se sont développées en Occident sur le modèle américain et ont produit un type de système différent du système marxiste. Sur le plan politique, une démocratie représentative s'est établie, basée sur l'affirmation des droits de l'individu. Tout adulte a un droit de vote pour élire les représentants du peuple qui travailleront pour le bien public. Sur le plan économique, le capitalisme repose sur la foi en la liberté des individus. Tant que les gens n'empiètent pas sur les droits des autres, ils développent créativité et productivité si on leur donne la plus grande liberté possible. De sorte que si tous les individus jouissent de cette opportunité, cela est bénéfique à la fois pour la nation et pour l'individu.

4) La responsabilité du christianisme
Le christianisme voyait l'histoire comme le produit de l'oeuvre de Dieu et de la responsabilité humaine. La justice sociale, notamment la répartition équitable des richesses, reposait sur la conscience chrétienne. Bien que certaines personnes puissent devenir riches, leur conscience devait les guider à utiliser leurs richesses pour aider ceux qui sont dans le dénuement. De cette manière, les besoins matériels de tous devaient être satisfaits. En réalité, l'intérêt personnel domina souvent la responsabilité publique, entraînant de nombreux abus.

Le résultat de cette période de maturité pour une conception hébraïque du monde fut un système centré sur l'individu. Aux Etats-Unis, quand la constitution fut promulguée, le gouvernement garda des privilèges très limités, tandis qu'on accordait beaucoup de droits à l'individu, notamment la liberté de religion, d'expression, de propriété et autres. Encore une fois, l'influence du christianisme devait contribuer à développer chez les gens le sens de la responsabilité publique. Ainsi c'est l'individu qui a la priorité dans le système occidental, pas l'Etat ni le gouvernement.

4. L'échec de l'union entre l'hébraïsme et l'hellénisme

L'effondrement du christianisme, cependant, se traduisit par la faillite progressive du capitalisme et de la démocratie. Le désir de profit a servi à justifier l'injustice économique. L'irresponsabilité sociale a permis progressivement au pouvoir de reposer entre les mains d'une classe dirigeante.

Selon les parallèles de l'histoire de la restauration, la période s'achevant par la Première Guerre mondiale est l'époque de la Venue du Messie, mais, pour le reconnaître et le recevoir, les hommes devaient se préparer. L'espoir de Dieu dans l'ère moderne était que l'hébraïsme et l'hellénisme se développent et s'unissent, comme l'esprit et le corps, pour créer un environnement favorisant le succès du nouvel Adam et de la nouvelle Eve.

Au lieu de cela, notre vingtième siècle vit les deux courants s'affronter. La culture extérieure et matérielle ne s'est pas soumise naturellement à la culture intérieure et spirituelle qui s'est elle-même corrompue. Comme les deux courants n'ont pas coopéré, une indemnité plus grande est nécessaire. Dieu travailla pour les séparer, au risque d'entraîner des conflits, mais avec l'espoir qu'ils puissent s'unir plus tard. En conséquence, à partir de 1917, nous voyons se développer deux visions du monde antagonistes. A l'Ouest commence à se développer une forme de gouvernement démocratique, garantissant la liberté religieuse tandis qu'à l'Est apparaît le communisme.

E. Les Guerres mondiales

1. La Première Guerre mondiale

Avant cette confrontation, juste au moment prévu pour la venue du Messie, la Première Guerre mondiale éclata. En 1914, les puissances centrales, rassemblées autour de l'Allemagne attaquèrent les nations alliées. En 1918, les Alliés vainquirent leurs ennemis et en 1919 le traité de paix de Versailles fut signé, unissant le monde occidental. La Société des Nations fut créée pour mettre fin à toute guerre et promouvoir la paix et l'harmonie entre les nations. Sur ce fondement d'indemnité et de souffrance, le Messie put venir au monde.

Malheureusement, le traité de Versailles comportait des clauses très dures et très éprouvantes pour les puissances centrales. Cela entraîna beaucoup de ressentiment, notamment en Allemagne et l'espoir de Dieu de fonder un monde unifié centré autour de la Société des Nations fut anéanti. Bien que la Société des Nations apportât un degré plus grand d'unité dans le monde, spirituellement, les pays ne s'unirent pas. Le ressentiment croissant aboutit à la Seconde Guerre mondiale.

2. La Seconde Guerre mondiale

A travers ces guerres, l'espoir de Satan était de détruire le Fondement pour le Messie. Une fois de plus, en 1939, l'Allemagne, à la tête des forces de l'Axe, attaqua les nations alliées. En 1945, les puissances de l'Axe furent vaincues et durent se rendre. Divers traités signés en Europe et en Asie mirent fin à la guerre. Les atrocités et la souffrance causées par celle-ci servirent à restaurer les échecs de la Première Guerre mondiale et permirent au Messie de commencer son ministère public.

A travers l'issue heureuse de la Seconde Guerre mondiale, Dieu espérait mettre fin à la division du monde en unissant les nations alliées et les nations vaincues, qui représentaient l'hébraïsme et l'hellénisme. Sur ce fondement, le Messie aurait pu apparaître au monde. En fait, les pays victorieux, pour la première fois dans l'histoire de la guerre pardonnèrent officiellement à leurs ennemis, dans l'esprit du christianisme. Ils consacrèrent leurs avantages de liberté, de richesses et de technologie pour reconstruire les nations vaincues.

Par ailleurs, l'Organisation des Nations-Unies fut créée. L'espoir de Dieu comme celui de cette organisation même était qu'elle devînt un point central pour l'unification de toute l'humanité et que les pays membres de l'ONU représentent tous les hommes de la terre. Cette organisation devait servir de gouvernement mondial pour promouvoir la paix et la prospérité universelles.

F. La troisième guerre mondiale

Cependant, en cette même année 1945, commença la troisième guerre mondiale, la guerre froide. Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Etats-Unis et l'URSS, deux nations qui avaient été des alliés politiques pendant la guerre, devinrent des ennemis idéologiques.

En conséquence, le monde fut divisé à nouveau mais cette fois au niveau de l'idéologie. D'un côté, il y avait le monde démocratique basé sur l'hébraïsme et de l'autre le monde communiste, basé sur le matérialisme. Bien que ce conflit s'exprimât parfois par des guerres régionales, comme les terribles guerres de Corée ou du Viêt-Nam, il resta au niveau mondial essentiellement un combat d'idées.

L'Union Soviétique espérait unifier le monde entier sous le marxisme-léninisme, mais, malgré ses intenses efforts de propagande, le type de système en place dans les nations communistes n'attira jamais les peuples occidentaux. Le communisme ne pouvait pas unir le monde.

Dans le même temps, l'Occident s'efforça de créer cette unité sous les deux aspects du christianisme et du capitalisme. Lénine qualifia "d'impérialisme économique", l'expansion des marchés internationaux dans le système capitaliste afin de prendre le contrôle économique et politique du monde. Le monde occidental espérait que ces deux approches libèrent les peuples du monde entier pour qu'ils se joignent à un système universel de libre marché basé sur les valeurs chrétiennes. Cependant, comme nous le constatons aujourd'hui, les démocraties occidentales ne sont pas non plus parvenues à unir le monde sous leur vision idéologique.

G. L'échec du communisme et de la démocratie occidentale

Aucun des deux systèmes du communisme et de la démocratie n'a eu la force ou les moyens nécessaires pour dominer le monde, mais leur conflit a eu des conséquences graves sur l'histoire. A cause de cette guerre idéologique, il n'y eut aucun fondement à l'échelle mondiale pour le Messie et de la sorte, nous avons été incapables d'accueillir les Vrais Parents. Ce fut la conséquence la plus grave de la division des deux superpuissances.

En termes objectifs, ces deux nations ont construit les systèmes de destruction les plus formidables de toute l'histoire humaine. Ceux-ci représentaient un coût annuel de centaines de milliards de dollars qu'on aurait pu consacrer à la production de nourriture, à la promotion de la médecine ou de l'éducation ou à toute autre action positive pour le bénéfice de l'humanité. Tel fut le coût tragique de la guerre froide.

H. L'espoir de Dieu pour le monde

1. La nécessité d'une nouvelle perspective

Dans les quarante-cinq dernières années, si l'Union soviétique et l'Amérique avaient été en paix l'une avec l'autre, des dizaines de billions de dollars et une énergie spirituelle et intellectuelle phénoménales auraient été disponibles pour créer un monde de paix et de prospérité. C'était le plan et l'espoir de Dieu à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Nous aurions déjà commencé à vivre les prémices du Royaume des cieux sur terre.

2. La venue des Vrais Parents

A cause de la motivation égoïste et nationaliste des dirigeants du monde, l'humanité a souffert jusqu'à présent. Nous n'avons jamais eu de perspective parentale - une perspective d'amour qui nous enseigne comment nous aimer et nous respecter les uns les autres et comment résoudre nos conflits. Notre époque a besoin d'une nouvelle vision afin de créer un monde de paix. Peu importe qui a eu tort ou raison dans le passé ; ce qui est important désormais, c'est que toute l'humanité se retrouve, pour pardonner, aimer et s'unir afin de permettre l'épanouissement de la valeur de chacun.

Pour cela, nous avons besoin d'une nouvelle conception des relations entre nations et peuples, basée sur l'enseignement des Vrais Parents. Nous avons besoin d'un enseignement qui embrasse à la fois le monde communiste et le monde démocratique, et qui apprécie à leur juste valeur les musulmans et les juifs, les noirs et les blancs et tous les autres peuples.

Si nous regardons les choses du point de vue de Dieu, nous sommes tous en tant qu'êtres humains, Ses fils ou Ses filles. Dieu n'accuse pas, mais désire seulement nous aider à expérimenter le plus grand bonheur les uns avec les autres. Nous avons besoin d'une vision idéologique capable de convaincre tous les hommes. Tandis que les barrières tombent, le temps est venu de recevoir un tel enseignement des Vrais Parents. En fait, le temps est venu où nous pouvons nous attendre à voir les Vrais Parents. Le temps des plus grands espoirs est arrivé.

III. OU LE MESSIE DOIT-IL VENIR ?

Comme nous l'avons vu, Dieu doit préparer un peuple et un pays, une nation choisie, qu'Il puisse utiliser comme fondement pour le succès du Messie. Parce que Dieu travaille au niveau du monde, le Messie doit logiquement disposer d'une nation à la fois comme moyen d'étendre son influence et comme moyen de protection et de support.

A. La nation choisie

Quelle est la nation choisie pour ce but ? Beaucoup de chrétiens pensent que cette nation est Israël, parce que c'est le lieu de naissance de Jésus et du christianisme, et en même temps la patrie des lieux saints du judaïsme et de l'islam. Cependant, selon les paroles de Jésus, nous savons clairement que le Retour du Fils de l'homme ne se produira pas en Israël, mais dans la nation qui produira les fruits de la préparation (Mt 21:33-43). Israël, qui signifie "vainqueur", représente le statut de la nation choisie et il peut être donné à un autre pays.

Dieu a préparé Israël pendant deux mille ans pour la première venue du Messie. Pour la Seconde Venue, Dieu doit avoir préparé une autre nation choisie. Comme nous l'avons déjà vu, l'histoire se répète. Dieu est un Dieu parfait et Son plan est parfait, mais quand les hommes échouent dans l'accomplissement de leur part de responsabilité, Il doit recommencer. Dieu utilisera le même plan pour la Seconde Venue et préparera une nation exactement de la même manière qu'il y a deux mille ans.

1. La qualification de la nation choisie

a. Une histoire de souffrance

Pour comprendre les qualifications de la nation choisie, prenons l'exemple d'Israël. Nous constatons d'abord que ce peuple a beaucoup souffert et a été l'objet du coeur de Dieu. Israël il y a deux mille ans était une petite nation pauvre, mais c'était la superpuissance de l'hébraïsme, de la foi en Dieu. Ce pays quasiment inconnu, avec un peuple unique, doté d'une langue unique fut occupé et opprimé par l'Empire romain, la superpuissance matérielle de l'époque.

Non seulement le pays d'Israël était occupé par les Romains, mais il se trouvait aussi entouré de pays puissants qui l'avaient dominé dans le passé. Le mode de vie des Juifs, où la religion jouait un rôle capital, était très différent de celui de leurs voisins et ils étaient sans cesse confrontés au problème de la conservation de leur identité face à la forte influence des cultures environnantes.

Parce que Dieu voulait utiliser les Juifs pour détruire le pouvoir du mal sur la terre, Satan ne voulait pas qu'ils établissent un Fondement pour le Messie. Par conséquent, plus ils exprimaient leur foi en Dieu, plus Satan leur créait des problèmes. D'un autre côté, ces difficultés leur permirent de comprendre la souffrance du coeur de Dieu qui eut à endurer une douleur continuelle et des trahisons répétées sans qu'Il ait jamais rien fait de mal.

Comme Israël, la nation choisie moderne devra avoir une histoire de souffrance. Par dessus tout, elle devra devenir l'objet du coeur de Dieu et être sensible à Sa souffrance. Le peuple élu aura un coeur humble afin d'être prêt à la venue des Vrais Parents.

b. La religion centrale

Durant deux mille ans, Dieu travailla avec les Israélites, leur donnant une compréhension profonde de Son coeur et de Sa volonté, et un mode de vie moral grâce à la religion du judaïsme - instaurée par Moïse - et aux prophètes. Cette religion les prépara spirituellement à recevoir les paroles de Jésus. De la même manière, Dieu doit choisir une nation qui suive la tradition et les enseignements de Jésus. Cette nation doit être profondément chrétienne.

c. La ligne de front entre hébraïsme et hellénisme

Une troisième caractéristique d'Israël est qu'elle fut occupée par l'Empire romain à l'époque de Jésus. Rome représentait le développement de l'hellénisme voulu par Dieu. Cette superpuissance militaire, économique et technologique s'évertuait à unir tous les peuples du monde sous la même souveraineté. Représentant le pouvoir hellénique, elle occupait Israël, cette petite nation qui représentait l'hébraïsme. A travers ces deux nations, deux conceptions du monde s'affrontaient, l'une centrée sur l'homme et l'autre centrée sur Dieu. Une fois encore, on peut s'attendre à trouver dans la nation choisie la ligne de front de la confrontation entre les mouvements modernes de l'hellénisme et de l'hébraïsme.

d. Une période d'indemnité nationale

Le quatrième point concerne l'indemnité nationale pendant une certaine période de temps basée sur le nombre quarante. Tout au long de l'histoire de la restauration, le nombre quarante a été associé à une période d'indemnité, comme les quarante jours du déluge au temps de Noé ou les quarante jours de jeûne de Jésus. Les Hébreux furent aussi esclaves pendant quatre cents ans (dix fois quarante ans) en Egypte.

Par ailleurs, pendant les quatre cents ans entre le dernier prophète, Malachie, et l'arrivée de Jésus, les Juifs souffrirent de l'occupation de leur pays par diverses puissances, dans un climat de confusion spirituelle et d'attente de la venue du Messie. Ce fut une période de préparation intérieure et extérieure. La nouvelle nation choisie devra endurer une période d'indemnité nationale similaire juste avant la Seconde Venue.

e. Les prophéties concernant le Messie

Finalement, Israël reçut des prophéties annonçant la venue du Messie. La Bible dit : "Mais le Seigneur Yavhé ne fait rien qu'il n'en ait révélé le secret à ses serviteurs les prophètes" (Am 3 : 7). Afin d'aider les hommes à accomplir avec succès leur responsabilité, Dieu envoya des messages au peuple élu pour le préparer à recevoir Son Fils et travailla des siècles durant à renforcer sa foi grâce aux prophéties. C'est pour cela que les Juifs du temps de Jésus cherchaient désespérément le Messie.

La Bible raconte que des dirigeants juifs allèrent voir Jean-Baptiste pour lui demander s'il n'était pas celui qu'ils attendaient. A notre époque, un autre peuple doit avoir reçu régulièrement des messages, le préparant à accueillir le représentant de Dieu afin d'aider celui-ci à restaurer le monde.

2. Une nation de l'Est

Il est impossible de prouver quelle est la nation la plus qualifiée pour servir de nouveau lieu de naissance au Messie. Cependant, certaines indications peuvent nous permettre de sélectionner les pays les plus probables. En observant l'histoire des religions, nous constatons que toutes les grandes religions sont parties du continent asiatique. Il est donc vraisemblable que le Messie, qui représente l'aboutissement du but des religions, apparaisse également en Orient. La Bible laisse entendre que le Messie viendra d'une nation de l'Est (Mt. 24 : 27). Traditionnellement, le centre de l'Orient est l'Extrême-Orient, à savoir la Chine, le Japon, la Corée et une partie de l'ex-Union Soviétique.

De ces pays, la Chine et le Japon n'ont pas de fondement chrétien. L'ex-URSS a une forte tradition chrétienne, mais elle a vécu pendant longtemps sous un régime athée qui aurait représenté un grave danger pour la vie et la mission du Messie. La nation qui répond le mieux aux qualifications décrites est la Corée. Le Principe de l'Unification révèle en effet que cette nation est bien la Corée.

3. La Corée
a. Une histoire de souffrance

La Corée est une nation péninsulaire située entre plusieurs puissances : la Chine, le Japon, la Russie et la Mongolie. Durant ses quatre mille trois cents ans d'histoire, elle a été envahie plus de neuf cents fois, sans avoir jamais attaqué aucune autre nation. Il y a une quarantaine d'années, elle a encore été victime d'une agression sanglante. La stratégie de Dieu consiste à remporter la victoire après avoir été attaqué injustement. Comme les Juifs en Israël, les Coréens ont conservé leur culture spirituelle unique et leur identité en tant que peuple en dépit des invasions et des influences de toutes sortes. Au cours de cette histoire de souffrance, la Corée a pu comprendre le coeur de Dieu qui n'a Lui-même jamais connu la paix.

b. Une religion centrale

Une seconde qualification est que la Corée possède un fondement chrétien très fort. Traditionnellement, c'était une nation bouddhiste et confucéenne. Il y a plus de cent cinquante ans, le christianisme a commencé à prospérer grâce aux missionnaires venus d'Occident. La capitale de ce qui est aujourd'hui la Corée du Nord était appelée "la Jérusalem de l'Est", à cause de ses nombreuses églises et de sa ferveur chrétienne. Aujourd'hui, plus de trente pour cent des Coréens du Sud sont chrétiens et le christianisme est devenu la religion principale de ce pays.

En deux siècles seulement, l'Eglise catholique a reconnu deux cents saints en Corée, alors que beaucoup de nations européennes n'ont pas eu cette distinction après deux mille ans d'influence de l'Eglise. Les églises protestantes y ont aussi connu un très grand succès.

En outre, il ne s'agit pas d'une forme banale de christianisme. L'évangéliste américain Billy Graham a rendu visite aux églises de Corée dans les années soixante-dix. Il a été si surpris par leur degré de ferveur qu'il a déclaré que, si l'Occident avait envoyé des missionnaires en Corée au siècle dernier, le temps était venu maintenant pour la Corée d'envoyer des missionnaires en Occident pour y raviver la foi.

Puisque les Vrais Parents représentent l'accomplissement de l'espoir de toutes les religions, la nouvelle nation élue devrait aussi refléter le fruit de toute la préparation religieuse pour le Messie. A côté du bouddhisme et du confucianisme, le judaïsme et l'islam et d'autres religions sont aussi présents en Corée. Ce pays a conservé pendant quatre mille ans sa foi en un Dieu unique, à l'instar d'Israël. Sa culture spirituelle se reflète dans son drapeau qui symbolise le ciel et la terre.

c. La ligne de front entre hébraïsme et hellénisme

Troisièmement, la nation élue doit servir de ligne de front entre l'hébraïsme et l'hellénisme, c'est-à-dire de point de confrontation entre la démocratie et le communisme. A la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Corée fut libérée de quarante ans d'occupation japonaise. Les armées qui libérèrent et occupèrent la moiti&eac—te; nord de la péninsule étaient les armées soviétiques, et au sud, vinrent les armées américaines. Finalement, la péninsule fut divisée en deux pays séparés. Entre les deux côtés, une barrière infranchissable fut érigée sur le trente-huitième parallèle. C'est la frontière fortifiée la plus gardée militairement du monde entier.

Alors que le régime communiste s'est effondré dans l'ex-Union Soviétique et que des réformes politiques et économiques se développent en Chine, la Corée du Nord reste le dernier bastion au monde du marxisme fondamentaliste. Bien que le mur de Berlin se soit écroulé et que l'Orient et l'Occident s'unissent en Europe, la division entre la Corée du Nord et la Corée du Sud reste la ligne de front symbolique entre le communisme et la démocratie.

d. Une période d'indemnité nationale

Une quatrième qualification est que la Corée a traversé une période d'indemnité nationale de quarante ans, à l'époque prévue pour la venue du Messie. En 1905, elle fut occupée par les Japonais et en 1910, elle devint territoire japonais. Ce fut le début d'une période d'intense persécution. Les Japonais tentèrent de détruire la culture coréenne. Ils interdirent, par exemple, de parler coréen en public, seule la langue japonaise était autorisée. Ils détestaient alors tout ce qui venait de l'Occident, aussi le christianisme fut-il interdit. Les chrétiens durent vivre en cachette et cela ne fit que renforcer leur foi. Beaucoup furent tués, simplement pour leurs croyances religieuses. Cette souffrance prit fin en 1945 avec la défaite des Japonais dans la Seconde Guerre mondiale.

e. Les prophéties concernant le Messie

Le dernier point concerne les prophéties relatives au Messie. Il y a environ cinq cents ans, les Coréens reçurent une révélation écrite dans un livre appelé Chung Gam Nok. Cette révélation confucéenne disait qu'un homme viendrait et qu'il serait le nouveau roi de la Corée et de toute l'humanité. Bien que le roi en place à l'époque interdît et détruisît ce livre, l'attente messianique fit partie intégrante de la culture coréenne depuis cette époque.

Plus récemment, les chrétiens coréens ont activement attendu la venue imminente du Messie. Pendant la persécution japonaise, beaucoup de chrétiens ont gardé la foi parce qu'ils se sentaient comme les Juifs à Rome et qu'ils avaient la certitude que le Christ viendrait bientôt.

De plus, divers groupes chrétiens de Corée au siècle dernier ont reçu des prophéties et des révélations étonnantes. Par exemple, un groupe eut l'inspiration de donner à Jésus le traitement royal qu'il n'avait jamais reçu en tant que Messie durant sa vie sur terre. Les membres de ce groupe consacrèrent tout leur temps et leur argent à préparer des repas copieux et de riches vêtements pour chaque jour de sa courte vie. Ils représentaient ainsi toute l'humanité se repentant d'avoir méprisé et rejeté Jésus et se préparant à honorer le Messie de la Seconde Venue.

4. L'ère Pacifique

Le Moyen Orient fut le centre de l'évolution historique, au temps de Jésus. Plus tard, l'Europe devint ce centre, puis les Etats-Unis. Maintenant, l'ère Pacifique a commencé et l'Asie sera le centre de l'histoire quand nous entrerons dans le vingt et unième siècle. Ce n'est pas par hasard si la Corée, avec son mélange de culture orientale et occidentale et lieu de confrontation entre le communime et la démocratie, attire souvent l'attention du monde.

Quand la péninsule coréenne sera effectivement unifiée, elle sera le pont qui unifiera la Chine, le Japon, la Russie et les Etats-Unis. Sur ce puissant fondement, l'influence du Messie pourra s'étendre aux autres pays de la terre. Il est dans la logique de l'histoire que les Vrais Parents apparaissent en Corée pour enseigner l'amour vrai qui ouvrira l'ère de l'harmonie et de la paix.

IV. Qui peut être le Messie ?

Tous les hommes partout dans le monde ont cherché un leader qui puisse les sortir de la tragédie et de la confusion de la condition humaine pour réaliser les idéaux les plus nobles. Cet espoir a parfois amené plus de souffrances encore, car les hommes ont souvent placé leur confiance dans des imposteurs et des tyrans qui les ont trahis. Pourtant l'espoir d'un salut reflète le plan de Dieu dans l'histoire de la restauration ; Il veut envoyer les Vrais Parents qui remporteront la victoire sur le mal et montreront aux hommes comment réaliser un monde idéal centré sur l'amour de Dieu.

Notre grand souci est de savoir qui est le Messie. L'identité des Vrais Parents est quelque chose que seul Dieu peut révéler aux hommes dans le secret de leur coeur et de leur raison. Le Principe de l'Unification nous fournit des lignes directrices qui permettent de comprendre les qualifications du Messie.

A. Vision générale du Messie

1. Une personne de chair et de sang

Le Messie, figure centrale de l'histoire et Nouvel Adam, doit être une personne physique ; il ne peut pas être une idée ou un esprit. Il vient pour réparer la faute commise par le premier Adam et achever l'oeuvre du Christ. Jésus nous a appris à prier : "Que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel". Le Messie doit faire en sorte que Dieu et Son amour deviennent réalité sur la terre, comme Jésus lui-même l'avait souvent mentionné.

Le monde idéal de Dieu doit commencer avec une personne qui réalise le but de la vie humaine, les trois bénédictions. Seul un homme de chair et de sang peut parfaire sa personnalité, établir une vraie famille et régner comme il convient sur toutes les choses de la création. Seul un être charnel peut nous servir d'exemple.

Puisqu'il doit parachever l'oeuvre de Jésus, il doit être un homme à l'apparence ordinaire, comme lui. Jésus a souvent mangé avec des personnes qui ne le reconnaissaient pas comme le Messie. De ce fait, il faut avoir la foi pour le connaître et le suivre. Il est très facile de supposer qu'il est simplement un homme bon mais déchu comme les autres et non la personne centrale de la Providence de Dieu sur la terre.

2. Une vie d'indemnité

Bien que beaucoup puissent venir pour prétendre être celui qui doit nous guider et nous sortir des ténèbres, le véritable Messie comprend qu'il est venu pour une mission de douleur : une vie d'indemnité pour les crimes de l'humanité. Le Messie sera finalement honoré en tant que tel, mais uniquement après avoir payé un prix très élevé en souffrances et en accomplissements. Il sait qu'il sera vraisemblablement mal compris, comme le fut Jésus. Bien qu'il fût un homme d'une sagesse et d'une bonté infinies, Jésus fut constamment accusé d'ambitions politiques, d'immoralité, d'hérésie et d'utiliser des forces de persuasion diaboliques. Le Messie sera très aimé par d'innombrables personnes, mais aussi persécuté par beaucoup d'autres.

Nombreux sont les hommes de bien que Dieu utilise pour réaliser Son idéal. Ils travaillent au sein de leur famille, de leur nation ou du monde pour amener plus de vérité, de justice et d'amour. Cependant, il existe une personne unique pour notre époque. Voyons maintenant quelles sont les qualifications spécifiques du Messie.

B. Les qualifications du Messie

1. Il connaît et révèle le coeur de Dieu

Premièrement, le Messie connaît et révèle le coeur de Dieu. Jésus nous raconta plusieurs histoires inoubliables pour nous faire ressentir le coeur de Dieu, l'histoire de ce fils prodigue, notamment, accueilli à bras ouverts par son père. Une autre, l'histoire de la brebis perdue, qui compare Dieu à ce berger abandonnant ses quatre-vingts-dix-neuf brebis pour retrouver celle qui s'était égarée et se trouvait en danger.

Cette compréhension de l'amour profond de Dieu pour chaque personne était révolutionnaire à cette époque et difficile à comprendre. Jésus ne parla pas seulement de cet amour mais le vécut au point de pardonner à ceux qui étaient sur le point de le tuer. Comme Jésus, le Messie du Retour connaîtra le coeur de Dieu et l'exprimera par des paroles et par des actes d'une manière encore plus profonde correspondant à la sensibilité de notre époque.

2. Il expose l'origine du mal et de la souffrance

Deuxièmement, le Messie expose l'origine du mal et de la souffrance. Jusqu'à présent, la religion a donné des explications sous forme de symboles, comme l'histoire de la Chute dans la Bible. Lors de la Seconde Venue, la cause exacte des crimes et des conflits sera expliquée d'une manière concrète, qui nous permettra de résoudre vraiment le problème du mal. Seule une personne qui a surmonté le mal en lui-même peut être à l'origine d'une telle révélation. C'est une qualité que seul possède le Messie.

De même que nous allons consulter un médecin pour qu'il découvre et guérisse notre maladie, nous avons besoin d'une personne vraie, libre de toute tendance à l'autodestruction, qui nous aide à comprendre et à surmonter notre nature déchue.

3. Il apporte une nouvelle compréhension de la vérité

Troisièmement, le Messie apporte une nouvelle compréhension de la vérité. On n'enseigne à un enfant que ce qu'il peut comprendre. Nous le mettons en garde contre le feu en exprimant une interdiction sous forme de commandement. Plus tard, nous lui donnerons des explications sur le caractère dangereux du feu. Enfin, lorsqu'il sera adulte, il comprendra le sens de l'interdiction.

De la même manière, la vérité intérieure nous a été transmise à travers des religions qui ont des milliers d'années d'existence. Les hommes d'aujourd'hui ont développé un esprit scientifique grâce aux efforts de Dieu tout au long de l'histoire. Nous avons besoin d'une nouvelle expression de la vérité intérieure qui corXesponde à notre époque. Nous avons besoin d'une entente harmonieuse entre la science et la religion pour nous aider à unir notre esprit et notre corps.

Jésus disait qu'il avait encore beaucoup d'autres choses à dire, mais qu'il ne pouvait les exprimer parce que les hommes n'étaient pas prêts à les recevoir. Lors de la Seconde Venue, ces secrets seront révélés. Il en est ainsi pour que nous puissions nous développer jusqu'au point de pleine maturité spirituelle, afin d'établir le monde idéal avec les Vrais Parents.

4. Il apporte l'harmonie entre toutes les races, religions et nations

La quatrième qualification de l'élu de Dieu est qu'il doit apporter l'harmonie entre toutes les races, les religions et les nations. Dieu est "aveugle aux couleurs". Il ne se soucie pas des différences de race, de religion ou de nationalité, mais s'intéresse plutôt aux profondes similitudes entre les hommes. Pour Lui, notre qualité la plus importante est que nous sommes Ses enfants.

Jésus traitait tous les gens avec respect, homme ou femme, juif ou romain, riche ou pauvre, saint ou pécheur, malgré tous les préjugés de son époque. Ainsi le Messie luttera contre toute forme d'hypocrisie et de racisme. Il ne se contentera pas d'aider les gens de sa race ou de son pays mais travaillera pour toute l'humanité.

Agissant comme un parent avec tous les hommes de la terre, il lancera des projets pour unir des groupes de gens hostiles, sur la base du service et de valeurs communes. Il parrainera des rencontres pour qu'un dialogue s'instaure entre les différents sortes de personnes, pour que les incompréhensions et les conflits puissent être surmontés. Il se donnera pour but d'éduquer tous les enfants de Dieu à se voir mutuellement à travers les yeux de Dieu. C'est la seule base réaliste pour une paix durable sur la terre.

5. Il inaugure une stratégie pour restaurer le monde

Enfin, cinquièmement, le Messie inaugurera une stratégie concrète pour restaurer le monde. De nombreux visionnaires viendront, mais seule la personne centrale choisie par Dieu développera une stratégie capable de réaliser effectivement le monde idéal. Après avoir accompli lui-même les trois bénédictions, le Messie étendra cet idéal à ses disciples pour guider un mouvement mondial de restauration et anéantir les nombreux maux qui semblent encore impossibles à surmonter.

A l'échelle planétaire, il gérera de vastes ressources humaines et matérielles pour combattre les ennemis de l'humanité : la guerre, la pauvreté, l'ignorance et la corruption. Des responsables dans les domaines de la science, de la politique, de l'art, des affaires, de la religion et d'autres domaines encore, se rassembleront autour de lui pour concentrer leur énergie à résoudre les problèmes mondiaux. Les hommes de foi et les hommes d'action verront en lui l'espoir de réaliser le monde auquel Dieu et l'humanité ont rêvé depuis si longtemps.

Jésus se trouva confronté à toutes les forces spirituelles et sociales de son temps, mais persévéra, même au-delà de la mort. Le nouveau Messie sera aussi confronté à l'opposition des églises, des gouvernements et des puissances de la terre. Malgré cela, il n'abandonnera jamais la lutte tant qu'un fondement d'amour vrai ne sera pas établi au niveau mondial pour les familles, la société et toutes les nations.

Notre temps est un temps d'espoir sans précédent. Il nous appartient désormais de découvrir les Vrais Parents, de soutenir leur combat pour l'amour vrai, en accomplissant notre part de responsabilité et notre restauration personnelles. Ainsi, nous participerons à la réalisation du grand rêve de l'humanité, la recréation du monde originel que Dieu et l'homme ont ardemment désiré depuis l'aube des temps.

c c c

L'Ere du Testament accompli

Introduction au Principe de l'Unificaion.

Nul n'ignore le nom du Révérend Moon. On l'a soumis aux attaques les plus violentes, on a répandu l'effroi autour de son nom. Sa vie a été une succession d'épreuves douloureuses, il a connu six fois la prison, la torture et les camps de concentration communistes.

Et pourtant, rien ni personne n'a pu arrêter Sun Myung Moon qui au milieu des persécutions les plus terribles, ne s'est jamais départi d'une volonté inébranlable et d'un sens de l'humour à toute épreuve. Malgré une vie déjà bien remplie, il continue de sillonner le monde, d'organiser de vastes rassemblements. Il est aujourd'hui reconnu, par un nombre croissant de personnes dans le monde entier, comme le plus fervent des hommes de Dieu, visionnaire et porte-voix de la vérité divine dans la confusioX du monde moderne. En 1992, le Révérend Moon et son épouse ont béni en mariage 30.000 couples dans le grand stade olympique de Séoul.

Le temps de la controverse étant aujourd'hui dépassé, il est impératif d'étudier le Principe de l'Unification, révélation de Dieu qui s'adresse à tous les assoiffés de vérité, de justice et d'amour. Le Principe de l'Unification est l'instrument incontournable pour mettre un terme à la souffrance humaine et répondre aux interrogations qui ont tourmenté l'homme depuis l'aube des temps sur l'existence de Dieu, le but de Sa création, l'origine du mal, la Providence du salut. Annonçant l'ère de l'amour vrai sur la terre, il est le sceau du Testament Accompli.


Ce serveur n'engage que la responsabilité de ses auteurs.
Il est l'oeuvre individuelle, exclusive et bénévole de Damian Anderson et Jean-Philippe Odent